Tech

Comment fixer proprement une GoPro sur un casque moto ?

De
le
4 juillet 2021
image_pdfGénérer un PDF

Vous avez pu découvrir dans mes dernières vidéos mon nouveau casque, le SHOEI Glamster. Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment fixer proprement une GoPro sur un casque intégral. C’est forcément une notion subjective, mais j’avais envie de fixer ma caméra d’action, autrement qu’avec un support noir et un adhésif double-face.

Support blanc

Ce casque a un look rétro. J’ai pris un coloris blanc brillant et je voulais ne pas dénaturer son style quand je ne prends pas ma GoPro. Mon premier objectif était donc de mettre un support de la couleur du casque, donc blanc, et non, utiliser le support noir qui est fourni avec la caméra.

Croyez moi, si je vous dit que c’est extrêmement compliqué de trouver des supports GoPro qui ne sont pas noirs. Il y a quelques modèles en impression 3D, mais ils ont logiquement des finitions perfectibles et j’aurais peur de la solidité sur le long terme.

Le seul support que j’ai trouvé en banc est un support pour planche de surf. On trouve de nombreuses références pour quelques euros et c’est en général vendu par paire. Comme vous le voyez, la base est ronde et permet justement d’assurer un bon maintien sur une planche. Pour mon casque, j’ai tout simplement découpé autour de la base pour extraire la fixation. Après un petit coup de lime, le résultat est très convaincant !

Fixation GoPro de couleur blanc, à l’origine prévue pour une planche de surf

Fixation

Pâte de fixation à modeler

Pour fixer le support sur le casque, il y a le traditionnel adhésif double-face, en général de la marque 3M. Les supports traditionnels qui sont vendus avec la caméra ou dans des kits de fixations utilisent ce système. C’est efficace, c’est pratique, mais ça nécessite d’avoir une une surface plane. En fonction de la forme de la mentonnière de votre casque, ça ne sera pas forcément idéal.

Comme pour mon précédent casque, le SHOEI NXR, j’ai plutôt opté pour de la pâte de fixation. Vous avez peut-être entendu parlé du Sugru, une start-up rachetée par Tesa, ou de Kintsuglue proposé par Loctite qui est aussi responsable de la Super Glue. Il s’agit d’une pâte, comme de la pâte à modeler, mais qui, après 24 heures de séchage, sera solide et permettra de fixer fermement un objet. C’est principalement vendu comme une pâte de réparation, mais ça fonctionne aussi très bien pour coller des objets entre eux. On en trouve partout, en magasins de bricolage ou sur internet.

Pour preuve, j’ai utilisé cette pâte sur mon NXR et c’est toujours très solide après 4 ans. L’intérêt et que vous aller pouvoir épouser la forme du casque. Ces pâtes existent dans toutes les couleurs, et bien sûr, en blanc pour aller avec mon casque. J’ai pris un pack avec 3 sachets de 5 grammes. J’ai utilisé les 3 sachets même si 2 auraient été suffisant. J’avais déjà fait une vidéo complète pour mon NXR, donc je n’ai pas trouvé utile de filmer à nouveau cette séquence. Pour résumer, il faut former une boule, la mettre sur le support et bien appuyer sur l’avant du casque pour faire sortir le surplus de matière. Pas de risque, vous pouvez affiner le positionnement pendant quelques minutes avant que ça ne sèche.

Pâte de fixation, de toutes les couleurs

On me demande souvent si on peut enlever la pâte. La réponse est oui mais ça laissera forcément des traces, surtout sur un casque verni. Il faut chauffer la zone et trancher avec une lame. Mais si vous optez pour ce type de fixation, c’est clairement pour la laisser à demeure sur toute la durée de vie du casque. Pour un usage occasionnel, vous avez des sangles de fixation que j’avais déjà présentées en vidéo.

Le résultat en condition réelle

Extensions GoPro

Une fois que vous avez le support bien en place au centre du casque, il faut connecter sa GoPro. Attention à ne pas la positionner trop haut, dans votre champ de vision, ou trop bas, au risque de vous gêner lors des contrôles des angles morts.

Pour mon casque, la mentonnière est assez fine. Une Insta60 ONE R avec sa grosse batterie aurait du mal à être installée par exemple. Avec une GoPro, quelle que soit la version, pas de problème.

Extensions GoPro

L’autre point à prendre en compte est l’inclinaison de la caméra. En statique, vous aurez tendance à aligner la caméra avec le casque. Une fois sur la route, vous risquez de filmer uniquement le réservoir et le tableau de bord. Il faut donc jouer avec des extensions GoPro, plus ou moins longues, pour avoir le bon réglage. Tout dépend de votre type de moto, de votre taille, de la forme du casque. Il faut tester, pour trouver la bonne installation. A ma première sortie, la GoPro filmait trop haut, au dessus des rétroviseurs. J’ai enlevé l’extension et je me suis retrouvé à filmer le réservoir. Finalement avec ce montage en oblique j’ai le meilleur résultat possible.

Une fois le bon réglage trouvé, vous pouvez remplacer les vis de fixation rapide par des boulons de type M5 à six pans en 20 mm. C’est beaucoup plus propre. Il y a également des kits de fixation qui fournissent plusieurs extensions avec les bons boulons.

Adaptateur micro

Dernière étape pour un montage propre, l’adaptateur micro. Oui, depuis la GoPro Hero 8 Black, il existe le module média, à 90 €, qui permet de brancher un micro avec une entrée jack 3,5. Je n’aime pas ce système car il rend difficile le changement de batterie. Egalement, c’est un module qui alourdit le casque. L’adaptateur micro, vendu depuis 2016 pour la sortie de la Hero 5 autour de 60 €, est toujours commercialisé. Il fonctionne encore avec la dernière Hero 9 Black.

Attention, pour brancher l’adaptateur en USB-C, il faut remplacer la trappe latérale d’origine par un modèle qui laisse le port accessible. GoPro en commercialise un pour un peu plus de 20 € et l’annonce comme résistant aux intempéries (donc, étanche sous la pluie) contrairement aux modèles chinois.

Porte latérale avec accès au port USB-C

J’ai décidé de mettre un scratch sur le côté du casque, afin de tenir l’adaptateur. Une partie, en blanc, sur le casque, et une autre partie, en noir, sur l’adaptateur micro. Le scratch ou velcro, se vend en rouleaux de plusieurs mètres pour quelques euros. Vous l’avez sûrement remarqué lors de mon road trip en Aubrac et Cantal, mais ça n’a pas tenu ! Le double-face s’est décollé après une journée. En fait, cet adapteur est en plastique et le double-face ne tient pas. J’ai donc acheté de la colle spéciale plastique et depuis, plus de problème, cela tient très bien. Cela évite que l’adaptateur pende dans le vide et que la prise micro se détache quand je bouge ma tête.

Micro

10 € pour un micro qui fait largement le boulot

Dernière question que vous allez sûrement me poser : quel micro j’utilise ? C’est un modèle tout simple à 10 € sur Amazon, avec une connectique en TRS. J’ai mis le surplus du câble entre la coque et la mousse et je ne laisse sortir que ce qui est nécessaire pour faire le branchement. Le micro est lui aussi fixé avec du scratch devant ma bouche. J’ai collé une large bande afin de déplacer éventuellement le micro. Il ne faut pas avoir peur de le mettre vraiment devant ses lèvres et de parler fort. Ce micro ne sature pas mais il faut ajouter une petite mousse anti pop pour quelques euros.

Comme tous les produits que je cite ici, vous avez une page complète sur le blog avec toutes les références et des liens affiliés si vous souhaitez les acheter.

Adaptateur micro bien fixé sur le côté

image_pdfGénérer un PDF
Julien
Montpellier, France

Originaire du sud de la France, je partage à travers ce blog mes balades moto au guidon de ma Desert Sled Scrambler Ducati.

Mon équipement moto
Mes roadbooks moto