Moto

Road trip Aubrac et Cantal

De
le
20 juin 2021
image_pdfGénérer un PDF

Un road trip de 3 jours sur 900 km, direction l’Aubrac et le Cantal. Avec un prologue par les Monts d’Ardèche et un final par les Causses et les Cévennes, cette excursion permet de (re)voir le plateau de l’Aubrac, le Puy Mary ou encore le Viaduc de Garabit.

Le road book

La carte

Les GPX

L’altitude

Courbe de l’altitude sur les 3 jours (les jours sont indiqués par le trait rouge).

  • Col de la Croix Blanche (890 m)
  • Col de l’Echelette (840 m)
  • Col de Meyrand (1371 m)
  • Col du Cheval Mort (1453 m)
  • Col du Perthus (1309 m)
  • Col du Pas de Peyrol (1589 m)
  • Le Point Sublime (870 m)
  • Le Plan de Fontmort (896 m)
  • Col de l’Hospitalet (1000 m)

Le récit

Jour 1

  • Départ de Montpellier vers Alès
  • Les Vans par Malbosc
  • Les Gorges de la Drobie
  • Les Monts d’Ardèche
  • Col de Loubaresse, Col de Meyrand
  • Autour du Mont Lozère

Début du jour 1, l’objectif est de rejoindre Marvejols en Lozère, mais en roulant toute une journée depuis Montpellier (300 km, 6 heures). Pas d’A75, autoroute gratuite du Massif Central, qui permet de faire le trajet en seulement 2 heures : je vais même aller à l’opposé de ma destination, dans le parc naturel régional des Monts d’Ardèche.

Passé Alès, et son pôle Mécanique, je me suis autorisé une session « découverte » en quittant la D906 pour prendre la petite route transverse D297B pour rejoindre Saint Florent sur Auzonnet. J’aime les petites routes mais je n’étais pas forcément très serien sur celle-ci. La route est étroite, sinueuse, avec un fort dénivelé et un revêtement moyen. Cette excursion m’a permis de rejoindre la D59. A refaire, je pense que je passerais plutôt par le Martinet.

Après Bessèges, suite du parcours vers Les Vans, en Ardèche. J’emprunte la D216 vers Malbosc. Route alternative à la D310 déjà montrée il y a quelques semaines, mais le paysage est le même : sympathique route forestière, à l’abris du vent et du soleil. C’est déjà 12h30, l’occasion de faire un pause déjeuner. Assez improbable, au détour d’une épingle, il y a avait un petit resto ouvert au camping Le Moulin de Gournier. De mon côté, je m’arrête un peu loin à côté d’une baraque en ruine. L’occasion de faire une photo sympa pour Instagram et de se reposer à l’ombre.

Paysage forestier avant de rejoindre Les Vans

Ravitaillement en essence à Les Vans avant d’attaquer la D10 jusqu’au Col de la Croix Blanche (890 m), puis quelques mètres plus loin, du Col de l’Echelette (840 m). Cette route est d’ailleurs au programme d’un des tracés de l’Ardéchoise (course cycliste).

Pour rejoindre directement Saint Laurent les Bains, il suffit de rester sur la D10. L’objectif étant de faire le détour le plus large possible, je bifurque vers les Gorges de la Drobie vers Séraillon sur la D220. Très belle petite route, paysage très minéral, mais pas mal de travaux de voiries et de pose de fibre optique. Comme toujours en Ardèche, il faut faire attention aux graviers. Suite de la balade sur la D203 et les Gorges de la Baume (commune de Valgorge).

Belles découvertes pour ces deux gorges que je ne connaissais pas du tout. C’est d’ailleurs un de mes objectifs à chaque sortie : essayer de découvrir de nouvelles choses, tout en refaisant des secteurs qui m’ont plu par le passé. Et dire que pour certains « Ardèche = Gorges de l’Ardèche », il y a bien plus à découvrir dans ce département numéro 07 !

Au détour d’une intersection, la route devient la D24 en direction du Col de Loubaresse et du Col de Meyrand (1371 m), là aussi très prisée des cyclistes. Au détour d’une épingle on peut même apercevoir au loin le Mont Ventoux, surnommé le Mont Chauve et plus haut mont du Vaucluse. Facile à reconnaître avec son sommet à l’aspect très lunaire. C’est une route que j’avais emprunté lors du retour de mon road trip dans les Alpes édition 2019. Les plus curieux pourront continuer jusqu’au Col de Croix de Bauzon et de sa petite station de ski. Là encore j’y avais posé mes roues lors de mon road trip dans les Alpes en 2017.

Pour cette fois, je continue sur la D403 après Loubaresse pour finalement retrouver la D24. Prenez le temps d’admirer la “tour” qui surplombe Saint Laurent des Bains. La ville thermale, en cette période de pandémie, est encore bien endormie. Le Col de Notre Dame des Neiges (1100 m) et son abbaye de moines cisterciens-trappistes signe le retour en Lozère.

Dernière section de la journée sur les routes départementales D6 (au nord du Mont Lozère) et D3, avec le Col du Cheval Mort. Initialement j’avais prévu de passer par le Lac de Charpal sur la D1 mais la route était fermée pour travaux. C’était bien annoncé sur info-route, donc j’avais prévu ce détour avant mon départ. À 1454 m d’altitude et avec une température de 10°C, cette fin de journée est décidément bien fraîche. De quoi me préparer pour mon périple du lendemain au Col du Pas de Peyrol (Puy Mary) qui s’est couvert de neige ces dernières heures pour ma fêter ma venue…

Jour 2

  • Les Monts d’Aubrac
  • Les Gorges de la Truyère, le Barrage de Sarrans
  • Col du Pas de Peyrol, le Puy Mary
  • Viaduc de Garabit
  • Route des Thermes
  • Gorges de l’Enfer, Route du Gévaudan

Pour le jour 2, le programme est simple : les Monts Aubrac pour l’aller (et le retour forcément) et le Cantal avec les Monts du Cantal pour la partie centrale. Je pars confiant puisque la webcam du Puy Mary montre un paysage entoilé et sans nuage dès 8 heures du matin.

Le début de la journée consiste à rouler sur la D900 en direction de Nasbinals et sa station de ski du Fer à Cheval. J’étais passé dans le secteur à l’été 2020. Suite du trajet dans l’Aveyron sur la D15 vers Laguiole, bien connu pour ces couteaux.

La deuxième partie de la journée permet de rejoindre la route des Monts du Cantal. Cela implique de passer sur le Barrage de Sarrans et les Gorges de la Truyère (D98). La Truyère est une frontière naturelle entre Aveyron et Cantal.

Un petit bout de route nationale (N122) permet de rejoindre Saint Jacques des Blats et le Col de Pertus (D317, 1309 m) jusqu’à Mandailles Saint Julien (D37), un des villages aux pieds du Puy Mary. La météo est décidément très bonne contrairement à la veille ! L’ascension vers le Col du Pas de Peyrol peut se faire sans soucis. En cas de “problème” (route barrée ou enneigée), il aurait été obligatoire de rester sur la N122 et de traverser la station de ski du Lioran. Au Puy Mary, il y a une zone de parking réservée aux motos. Inutile donc de les garer en double file devant le restaurant. De mon côté, j’opte pour les bancs avec une vue plongeante sur la vallée et Les Claux. C’est gratuit et ça permet de manger son pic-nic tranquillement.

Vue sur le Puy Mary

Après Murat et Saint Flour sur la D926, direction un autre point d’intérêt du Cantal : le Viaduc de Garabit. Il s’agit d’un viaduc de type Eiffel avec une couleur rouge si caractéristique. Le viaduc enjambe la Truyère et permet le passage d’une ligne ferroviaire depuis 1888. Lors de mon premier séjour en Auvergne en 2017, ce viaduc était d’ailleurs ma première destination. Depuis l’autoroute A75, il est même facile de l’apercevoir en roulant. Une aire est également prévue pour l’observer à l’arrêt sans sortir de l’autoroute. De mon côté, profitant de mes vacances, j’ai préféré prendre la D909.

Après le viaduc, je continue sur la D13 sur la route des termes jusqu’à Chaudes-Aigues, commune thermale du secteur. Le Bès, un affluent de la Truyère et qui alimente le Lac de Mallet, marque la limite Cantal / Lozère et permet de revenir dans l’Aubrac.

Viaduc de Garabit

Pour finir la journée, passage par les Gorges de l’Enfer sur la D2 en direction de Saint Léger de Peyre. Le panneau « route difficile et dangereuse », comme j’ai l’habitude d’en trouver dans les Cévennes, est bien présent et donne le ton. Au détour d’un virage, on peut apercevoir un superbe un viaduc ferroviaire (viaduc de la Crueize). Une très bonne surprise pour finir cette deuxième journée. En effet tout le reste du parcours, que ça soit l’Aubrac, le Puy Mary ou le Viaduc de Garabit étaient des lieux que je connaissais déjà. Cette D2 est clairement le petit plus de ce road trip !

Jour 3

  • Route du Gévaudan
  • Causse de Sauveterre, le Point Sublime
  • Causse Méjan, Florac
  • La Corniche des Cévennes
  • Retour sur Montpellier

Comme à chaque road trip en Auvergne, le retour passe par les Cévennes. Après Marvejols, Chirac et Banassac sur la D809, ou route du Gévaudan, place au Point Sublime sur la D46 . Un endroit tout en hauteur sur le Causse de Sauveterre qui permet d’avoir une vue plongeante sur les Gorges du Tarn.

Suite du tracé en redescendant le long du Tarn, au niveau de Les Vignes pour remonter sur le Causse Méjéan par la D16. On commence à revenir sur des routes qui font partis de mes balades à la journée et j’ai déjà partagé sur ce blog ou en vidéo de nombreuses fois. Inutile de consacrer du temps à ce secteur dans le cadre d’un road trip titré Aubrac & Cantal. Il y aurait de multiple possibilité pour rentrer sur Montpellier, comme faire les Gorges du Tarn justement, les Gorges de la Jonte mais j’ai une préférence pour les secteurs moins connus comme cette longue ligne droite à presque 1000 m d’altitude pour rejoindre Florac par la D16 par le Causse Méjean et l’aérodrome de Florac.

Gorges du Tarn

Un road trip est avant tout une période de vacances, de détente et absolument pas un déplacement de nécessité. Plutôt que d’aller au plus court par la Corniche des Cévennes depuis Florac, je prolonge le parcours sur la N106, puis la la Vallée Française (D13, D28, D983), Barre des Cévennes et finalement revenir sur la Corniche après ce long détour. Quel plaisir de faire une dernière pause déjeuner dans la zone boisée du Plan de Fontmort.

Conclusion

3 jours et 850 km, voilà en deux chiffres un premier bilan du road trip. Finalement, entre tous les lieux visités, j’ai pu alterner entre du connu des mes précédents road trips (le Puy Mary, le Barrage de Sarrans, le Viaduc de Garabit, le Point Sublime) et de belles découvertes, comme les Gorges de la Drobie et de la Baume en Ardèche ou les Gorges de l’Enfer le long de la Crueize autour de Marvejols.
Julien
Montpellier, France

Originaire du sud de la France, je partage à travers ce blog mes balades moto au guidon de ma Desert Sled Scrambler Ducati.